Vinci ne construira pas le mur pour Trump

Quelques jours après sa prise de pouvoir ? Le nouveau président américain, Donald Trump,  a pris la décision de matérialiser une des ses promesse électorales à savoir la construction d’un mur entre la frontière mexicaine et américaine. Cette idée est protestée par les anti-Trump et l’une des sociétés, Vinci, contactée pour réaliser les travaux, a décliné ce marché gouvernemental. Vinci est une entreprise française évoluant dans le BTP et les concessions.  

Non conforme à sa culture

Aussitôt que le nouveau gouvernement de Trump ait fait connaissance de l’ouverture des appels d’offres pour ce chantier, Vinci à travers son PDG Xavier Huillard a déclaré ne pas vouloir apporter leur contribution à la construction de ce mur. L’une des raisons de ce refus est que ce projet va à l’encontre de la culture de Vinci et à la réalité de l’entreprise. Le dirigeant du groupe précise toutefois que cette décision ne porte aucun jugement de valeur vis-à-vis des USA. Avant de poursuivre que ce chantier n’est pas la construction d’un simple mur mais d’un projet qui aura des impacts sur l’histoire internationale. Par la même occasion, ce responsable de Vinci a insisté sur le fait que si son entreprise participe à l’élaboration de ce projet, nombreux de ses salariés vont être choqués. 

LafargeHolcim prêt à relever le défi

Contrairement à Vinci, le géant franco-suisse LafargeHolcim est prêt à participer à ce projet tant critiqué par de nombreux politiciens et organismes internationaux. Alors que de fameuses entreprises comme le groupe Bouygues a suivi le pas de Vinci en déclarant qu’il n’a pas les compétences pour bâtir cet ouvrage, LafargeHolcim a fait connaitre via son PDG qu’il va fournir les ciments nécessaire à la construction de ce mur. La décision de Vinci a été saluée par le président français tandis que LafargeHolcim a reçu une mise en garde de la part de ce dernier.